Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 10:04

Récit tardif, cinq mois après la course.

 

Arrivée au rond point l’Etoile vers 7h30 avec mon beau-frère. Le temps de faire la queue à la remise des sacs, d’aller uriner une dernière fois, de saluer son beau-frère et son neveu qui courent avec le fanion de l’association de lutte contre la mucoviscidose, nous nous sommes glissés dans le sas des 3h15-3h30 dans les deux dernières minutes précédant le départ.

Jusqu’au bout j’étais indécis sur mon objectif, sachant que sur le papier je valais 3h14, et que j’avais fort envie de tenter 3h15 pour décrocher une place garantie « Good for Age » au marathon de Londres. Finalement j’ai choisi de suivre les meneurs d’allure 3h15, quitte à décrocher dans la deuxième moitié de la course si le rythme est trop élevé. J’espère bien tout de même terminer en 3h20 au maximum.

Km 1 à 6 : un point de côté persistant, phénomène tout à fait rarissime chez moi. Allure facile, entre 4’35 et 4’43 du kilo. J’ai deux chronomètres, un pour le temps écoulé depuis le départ, un autre remis à zéro à chaque kilomètre, pour garder un œil sur l’allure, puisque je ne sais pas encore  si je peux faire confiance au meneur d’allure duquel je suis le plus proche. Je saute le premier ravitaillement. Le meneur d’allure ralentit à peine.

 

Km15 : allure aisée, c’est  même un peu frustrant de courir avec le frein à main. Le peloton est toujours très serré, il faut rester attentif à ne pas rencontrer en collision avec ses voisins. Pas de tortues pourtant, contrairement à ce que j’ai entendu au marathon de Londres par la suite.

 

Semi : 1h37’04, soit une légère avance par rapport aux 3h15. Je saute le ravitaillement, vu que je prends un gel toutes les 40 minutes environ, avec 200ml de coca dégazéifié. Le meneur d’allure prend un peu de retard, et pendant les deux kilomètres suivants je baisse le rythme pour qu’il me rattrape.

 

Km 25-30 : les quais de Seine, en face de la tour Eiffel. Pas de baisse de rythme, je me sens bien. Curieux de voir si le mur va arriver.

 

Km 33 : après Roland Garros. La fatigue se fait sentir, mais pas le mur. Je prends mon temps au ravitaillement.

 

Km 35 : la côte de l’avenue des Fortifications. C’est là que je perds le meneur d’allure. Pas de beaucoup, mais je renonce à le poursuivre.

 

Km-36-38 : dur. Pas vu le km 37. De plus en plus de marcheurs. Le peloton est désormais silencieux.

 

Km39-40 : j’ai l’impression que l’allée de la reine Marguerite monte. Très soif. Je prends environ 45 secondes pour boire de l’eau au dernier ravitaillement au km 40. Le chrono de l’organisation indique 3h08’04. Je sais que c’est râpé pour les 3h15, mais je repars pour faire un temps. Si je manque les 3h15, ce ne sera pas de beaucoup.

 

Km41-42 : rond point Foch, au sortir du bois de Boulogne. J’ai plus d’énergie que prévu.

 

Arrivée : le soulagement. La douleur apparait soudainement, avec la fin de la course. 3h17’49.

Repost 0
Published by marathon-geek.over-blog.fr - dans Mes courses: MDP 2010
commenter cet article
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 13:47

Temps final : 3h17’49, alors que mon objectif était de 3h15. Alors, à quel moment ai-je commencé à dévier de cet objectif ?

 

Pour le savoir, j’ai quantifié le retard de plusieurs manières :

-retard sur le temps de marche - en secondes

-retard sur le temps de marche – en mètres

-allure moyenne depuis le départ

-allure moyenne sur les 5 derniers kilomètres

 

Les deux graphiques ci-dessous résument les résultats.

 

 MDP2010_Deficit.JPG

MDP2010_Paces.JPG

Conclusion : tout va bien jusqu’au km 30 (56m de retard), et le retard reste même rattrapable jusqu’au km 35 (158m de retard). En revanche, du km 35 à l’arrivée, l’allure moyenne s’écroule à 4’54, pour produire un retard de distance cumulé de 601m à l’arrivée. Trois raisons principales : la fatigue, la côte de la route des Fortifications au km 35, quand le meneur d’allure des 3h15 m’a lâché, enfin la perte de près de 45 secondes au dernier ravitaillement du km 40, où j’avais très soif.

 

Le remède : accomplir plus de sorties longues, même vraiment longues, jusqu’à 3h15, mais sans pour autant courir le marathon en entier à l’entrainement. Une vitesse moyenne de 11 km/h sur 3h15 se traduit par une distance totale de 36km.

Repost 0
Published by marathon-geek.over-blog.fr - dans Mes courses: MDP 2010
commenter cet article
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 16:21

J’ai couru le marathon de Paris le 11 avril 2010.

 

Distance           Expected          Actual              Difference

5km                 0 :23 :00           0 :23 :10           0 :10

10km               0 :46 :00           0 :46 :21           0 :21

15km               1 :09 :00           1 :09 :07           0 :07

20km               1 :32 :00          

Half                  1 :37 :04           1 :37 :04           0 :00

25km               1 :55 :00           1 :55 :20           0 :20

30km               2 :18 :14           2 :18 :54           0 :40

35km               2 :42 :24           2 :42 :29           0 :05

40km               3 :06 :34           3 :06 :59           0 :25

Full                   3 :16 :38           3 :17 :49           1 :11

 

My pre-race strategy was to run at a steady 4’36 pace until km 29, then to expect a significant reduction in pace, down to 4’50 or about for the next ten kilometers or so, only hopefully to pick up again in the last couple of kilometers to reach 4’35. This would have resulted in a full time of 3 :16 :38.

In terms of halfs, the first half would have been covered in 1 :37 :04, and the second half in 1 :39 :34, i.e. a positive split of 2 :30.

 

The split I actually achieved was 3 :41.

 

Pour ce qui est des ravitaillements, j’ai consomme des gels, du coca, et un peu d’eau.

 

Le temps perdu se décompose de la façon suivante :

            -crowds : 1 :30

            -water stops at km 33 and km 40 : 0 :15 + 0 :30

            -km 5 water stop : 0 :15

Total time wasted : 2 :30.

Donc le temps effectif, si j’avais mieux su gérer la foule, est de 3 :15 :19

 

Full to half ratio :

(1)   3 :17 :49 vs. 1 :31 :45 à 2.156

(2)   3 :15 :19 vs. 1 :31 :45 à 2.13

 

The corresponding speed decline when distance doubles is : 12.962 km/h vs 13.797 km/h = -6.05%. This translates into an expected 10k performance of 14.685 km/h, or 0 :40 :51, i.e. a 4’05 pace.

The marathon to 10k ratio is about 3 :15 :19 vs. 0 :40 :51 i.e. 4.78, which I find a bit on the high side.

 

The marathon to 10k ratio generally accepted value is 4.66, while for the marathon to half marathon ratio we are talking of a value of 2.11.

Repost 0
Published by marathon-geek.over-blog.fr - dans Mes courses: MDP 2010
commenter cet article

Présentation

  • : Marathon: les chiffres
  • : Le marathon, le 100km et le 24 heures par les chiffres. Ma pratique de la course à pied.
  • Contact

Bilan 2014 au 7 février

  Sorties Km Temps
CaP 53 472 51h22
lo 4 91

Rechercher

Kilométrage annuel

Année

CaP

Vélo

2006

1,470

0

2007

1,706

0

2008

631

0

2009

1,978

0

2010

3,298

0

2011

2,733

1,772

2012

2,691

2,166

2013

3,819

893

Archives

Courses et chronos

  Marathons Temps
  Seine-Eure 2006 3:42:46
  Paris 2010 3:17:49
  Seine-Eure 2010 3:14:38
  Paris 2011 3:48:25
  Luton 2011 3:28:32
  Brentwood 2012 4:09:19
  Luton 2012 3:38:52
 

Londres 2013 

3:34:44
  Harrow Track 2013 3:38:57
  Seine-Eure 2013  3:29:10
  100 km Temps
  Steenwerck 2011 10:42:44
  Theillay 2011 10:42:37
  Crawley 2012 11:45:33
  Redwick 2012 11:31:09
  Steenwerck 2013 11:42:04
  Tooting Bec 2013 10:15:20

Texte Libre

Les Blogs Que Je Lis